Mais qu’est-ce donc qu’une flashmob de méditation ?


Entretien avec Elina Pen de Wake Up Londres (en anglais)

elinaQu’est-ce qu’une flashmob de méditation ?

Une flashmob de méditation est un rassemblement de personnes qui s’assoient en méditation dans un site public, normalement pour une période de temps qui ne dépasse pas une heure. Les flashmob des médiation qu’on organise sont annoncées un mois en avance par l’intermédiaire des médias sociaux, de Meetup.com et du bulletin hebdomadaire de Wake Up Londres.

Notre intention est d’amener une prise de conscience dans le public à propos de la méditation, d’unir des personnes issues de tous antécédents, de toutes cultures et de toutes appartenances religieuses, et d’envoyer des intentions positives au monde. Nous nous réunissons pour célébrer notre capacité de générer de la paix, déjà, dans l’ici et le maintenant. C’est la paix que nous offrons à nos villes et au monde.

Quelles ont été les réponses à ces initiatives ? Quelle a été la réponse à la première flashmob ?

A ma surprise, vraiment beaucoup de gens ont participé à la première flashmob. Elle avait lieu en plein Trafalgar Square, un soir chaud de Juin 2011. J’avais lancé une invitation sur Facebook le mois de mai précédent et je n’avais aucune idée du nombre de personnes qui allait y répondre.

Peu après la mise en ligne de l’invitation, on aurait cru à une véritable épidémie: chaque semaine, des centaines de personnes se joignaient à la liste des participants. C’était extraordinaire à voir. L’invitation est parvenue à plusieurs autres groupes spirituels à Londres et c’était un sentiment merveilleux que de s’être uni dans cette initiative, bien que nos traditions et nos pratiques diffèrent.

Quand il fut temps de commencer, je m’assis au milieu de Trafalgar Square et j’invitai la cloche. Pendant les première 30 minutes, j’avais les yeux fermés et je ne savais pas trop combien de gens étaient là. J’ouvris mes yeux pour commencer les chants de clôture (c’est à dire des sons que nous chantons ensemble aux environs de la fin), et à ma surprise, des centaines de personnes étaient assises en cercles concentriques autour de moi. Je n’aurais jamais imaginé qu’être dans Trafalgar Square puisse donner un sentiment aussi paisible.

Je mis fin à la flashmob avec trois sons de cloche, j’ouvris les yeux à nouveau, et je me mis à regarder autour de moi avec un coeur débordant de gratitude pour tous ceux qui étaient assis autour de moi avec tant de beauté.

Quelle est votre expérience propre de la méditation, et que vous a-t-elle apporté ?

Au travers de ma pratique dans la tradition du maître Zen Thich Nhat Hanh, la méditation m’a aidée à cultiver un sentiment de calme et d’aisance dans mon corps et mon esprit. Pendant une méditation, je repose simplement mon attention sur le mouvement de ma respiration, le flux de l’inspiration et de l’expiration. Ma respiration m’aide à ancrer mon attention dans le moment présent et à ramener mon esprit à mon corps pour qu’esprit et corps ne fassent plus qu’un.

Je m’entraîne à revenir au moment présent chaque fois que mon esprit s’égare dans des pensés concernant le passé ou l’avenir, dans l’anxiété ou l’imagination- et c’est ce qui arrive presque à chaque fois que je m’assied pour méditer. J’essaie de m’asseoir avec ce qui est là, quoi que cela puisse être- de la paresse, de la peine, de la colère, de la critique de soi, de la joie, de l’amour, ou de la paix.

flashmobCe n’est pas toujours facile, mais quand j’arrive à être présente à la façon dont je me sens ou à ce à quoi je suis en train de penser, sans me laisser prendre par cet état émotionnel ou ces pensées, je suis capable de ressentir plus d’espace en moi et de faire preuve de plus de gentillesse envers moi-même.

Me permettre de m’arrêter, de me reposer et d’être présente pendant la méditation assise crée des conditions qui peuvent m’aider à mieux me comprendre moi-même. À comprendre les causes de sentiments plus difficiles, comme la peur, le désespoir, et la colère, tout comme les causes de sentiments plus sains comme le bonheur, la joie, et l’amour. Grâce à cette compréhension plus profonde de moi-même, je peux faire des choix plus habiles qui m’aident à nourrir plus de joie et de bonheur.

En ce moment dans ma vie, je peux dire que je suis plus heureuse et plus stable que je ne l’ai jamais été. Ce n’est pas du à une réussite particulière dans ce que j’ai pu entreprendre, ou à un emploi précis ou une rencontre en particulier. Ce n’est pas parce que je ne fais plus l’expérience de l’anxiété ou de la tristesse, j’en fais encore l’expérience. Je pense que c’est parce que je suis en train d’apprendre comment être davantage dans la gentillesse, la compassion, et l’acceptation de moi-même jour après jour, ce qui dans le passé avait été un combat pour moi.

Avant, je pensais que le but de la pratique spirituelle était d’être simplement dans le bonheur et la félicité, et d’être tout à fait libre de la souffrance. Mais vraiment, je vois à présent qu’il s’agit plutôt de nous entraîner à être capable d’avoir l’espace d’être avec le bonheur tout comme la souffrance dans notre vie de tous les jours.

Pensez-vous que de plus en plus, les gens sont à la recherche de la tranquillité et d’un espace de réflexion dans leur vie ?

Oui. Je pense qu’à présent plus de gens donnent la priorité à leur bien-être et à leur bonheur au lieu d’être à tout prix à la recherche de la richesse, du pouvoir, ou d’une position au sein d’un emploi etc… Souvent, c’est après une certaine souffrance, qui peut être physique, émotionnelle, ou mentale, que les gens s’éveillent à la situation courante de leur vie et se mettent à évoluer vers une autre situation qui soit plus nourrissante pour eux.

Avoir l’espace pour la tranquillité et la réflexion, un espace pour s’asseoir, respirer, regarder et écouter en profondeur ce qui se passe en soi-même, est essentiel. Et faire cela en tant que communauté est tout aussi essentiel, parce que nous avons besoin du soutien d’autres personnes qui aspirent comme nous à vivre leur vie d’une façon qui les nourrissent davantage.

Dans ma propre communauté, Wake Up Londres, le nombre de jeunes personnes venant à nos rencontres de pratique de la pleine conscience a augmenté au cours de ces trois dernières années. En 2010, nous avions commencé avec 5 à 10 personnes lors de nos réunions, et cette année, nous avons été en moyenne 33 personnes lors de nos réunions. Il est merveilleux de voir cette augmentation et de sentir que nous parvenons à mobiliser de plus en plus de jeunes personnes.

Qu’apporte la méditation à ceux qui la pratiquent ?

L’un des bénéfices majeurs de la méditation est une plus grande clarté et une plus grande compréhension de soi-même et de son expérience propre. Il est difficile de quantifier ce que nous apporte la méditation, mais l’on peut prendre conscience de certains changements en soi-même: on peut devenir plus centré, plus connecté à son expérience propre, conscient de ce qui se passe en soi, de la manière dont on réagit, des différentes réponses provoquées en nous par de différentes situations.

Généralement, nous sommes plus dans une attitude de réaction que de réponse. La méditation a aussi la capacité de nous aider à nous connecter à ainsi qu’à nourrir des qualités qui par essence nous rendent plus heureux, telles la gentillesse et la générosité vis à vis de nous-même et des autres, à avoir moins de peur et de colère en nous, et la capacité d’être plus stable quand nous sommes confrontés à des émotions difficiles et qui mettent à l’épreuve.

Nous nous sentons moins commandés par nos désirs et nos besoins, et nous sommes dans une meilleure position pour comprendre les autres et résoudre des conflits.

flashmob02Les flashmob de méditation ont l’air d’être un mouvement mondial – l’avez-vous aussi ressenti?

Alors que j’organisais la première flashmob à Londres en mai 2011, je suis tombée sur un groupe du nom de MebMob qui avait organisé des flashmobs de méditation synchronisées dans le monde entier, plus tôt dans le courant de l’année 2011. De savoir que ces flashmob de méditation étaient déjà en train d’avoir lieu en Amérique et dans d’autres parties du monde, j’ai ressenti un élan d’inspiration et un sentiment d’unité avec ces groupes.

A présent, il continue d’y avoir des flashmobs de méditation synchronisées autour du monde tout au long de l’année, surtout lors de journées significatives telles la Journée de la Paix, la Journée Mondiale de l’Eau, la Journée Mondiale de la Terre, et les solstices d’été et d’hiver.

Je pense que les médias peuvent avoir un rôle positif dans la facilitation de tels mouvements mondiaux. J’ai beaucoup utilisé Facebook pour annoncer publiquement les flashmobs à venir, et puis ensuite pour en partager les photos et les vidéos. Ces liens sont souvent ensuite partagés avec des personnes du monde entier, et inspirent des personnes d’autres pays à s’impliquer.

Ce qui est tout aussi extraordinaire, c’est que quand mon maître, Thich Nhat Hanh, sort en tournée avec sa communauté de monastiques, une flashmob de méditation est habituellement intégrée à l’itinéraire! En mai de cette année par exemple, il y a eu une flashmob à Barcelone qui a eu ce qui semblait être 5 000 participants! Cela a fait le sujet de reportages dans les bulletins d’information télévisés ainsi que dans plusieurs journaux en Espagne.

A mon sens, il paraît difficile de méditer dans un environnement urbain -quels sont vos astuces pour commencer notre méditation, quand nous sommes assis au début d’une flashmob ?

Je peux tout à fait comprendre cela. Il est possible que de nombreuses personnes hésitent à venir aux flashmobs de méditation parce qu’il semble difficile d’être calme et centré dans des endroits si fréquentés. J’ai quant à moi découvert qu’il est vraiment possible d’être paisible dans ces environnements, que ce soit en étant assis ou en marchant. La clé est d’être en pleine conscience.

Quand nous sommes capables d’avoir plus d’espace et d’être en paix avec ce qui se passe en nous et autour de nous, au lieu de laisser ces choses nous déranger, créer des tensions ou de l’agitation en nous, nous pouvons réaliser notre capacité de générer de la paix tout au long de notre vie quotidienne.

C’est de cette façon que nous pouvons amener la méditation au sein de tous les aspects de notre vie -pas seulement de façon formelle sur un coussin de méditation, mais dans tout ce que nous faisons: en marchant dans les couloirs du métro, en se préparant pour une réunion de travail, en étant assis à notre bureau devant notre ordinateur, ou en se tenant debout dans un wagon de métro chaud et bondé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *