Romance dans la Sangha – avoir conscience des fleurs et du compost


wkup-16-768x512

Article original de David Viafora (anglais)

En tant que facilitateur de groupes Wake Up et de retraites, je suis sans cesse ramené à la réalité que nous sommes tous des jeunes adultes. Par périodes, nous avons des sentiments d’attirance romantique et sexuelle, et le jeu de la séduction est un défi qui nous passionne, qui peut nous procurer beaucoup de plaisir et parfois être une expérience très riche.

Assez souvent dans les groupes Wake Up, nous nous ouvrons à une aspiration profonde d’Amour pour tous les êtres vivants, tout en ressentant de l’attirance pour d’autres pratiquants, qui sont aussi souvent des personnes bienveillantes, intelligentes, créatives, jeunes et belles. Est-ce que ça vous rappelle quelque chose ? Grâce à de nombreux partages avec mes amis, je sais que je ne suis pas seul à rencontrer ces émotions, au Wake Up comme dans toutes les Sanghas en général.

Et d’un côté, la Sangha est vraiment un lieu privilégié pour tomber amoureuse/eux et créer une relation avec quelqu’un qui partage nos aspirations spirituelles les plus profondes. C’est vraiment une bénédiction pour les célibataires. En y réfléchissant bien, est-ce qu’il y a un meilleur endroit pour trouver un partenaire pour la vie que notre communauté spirituelle ? Qui ne rêverait pas de trouver une « bombe spirituelle », ou un « ange de la Sangha » ou un « bel étalon du Dharma » ? Je sais que ça me plairait bien ! Parcourir ensemble un chemin spirituel, avec son partenaire, c’est une source sans fin de joie et de soutien mutuel. J’ai entendu des moniales et des moines parmi les anciens, qui disaient à des pratiquants laïcs sincères que ceux qui peuvent nouer une relation avec quelqu’un qui partage notre aspiration ont fait un choix sage, et se créent les conditions pour générer beaucoup de soutien, d’inclusion, et d’harmonie dans leur vie. Quand une relation d’amitié durable existe déjà avec une personne de la Sangha, il peut arriver qu’une relation romantique naisse, et cela a déjà amener certaines/certains à découvrir l’amour véritable. Cela dit, il faut être assez prudents, quand à la manière de s’y prendre ! La vraie question est: comment est-ce que nous trouvons l’équilibre entre nos sentiments romantiques et le bien de tous dans la Sangha, en tant que groupe.

Une des choses importantes à garder à l’esprit, et en particulier pour les animatrices/teurs, c’est que les participants ne viennent pas au Wake Up pour faire des rencontres. Parmi nous, certains animateurs trouvent utile de le répéter pour eux-mêmes et de prendre quelques respirations en pleine conscience avant un rassemblement. Parfois, je suis complètement pris dans l’état d’esprit de la séduction et en permanence je perçois les autres comme des partenaires potentiels. Heureusement, l’aspiration à pratiquer peut-être plus profonde, l’aspiration à m’éveiller pleinement à la vie, à construire une communauté faite d’amis. Les gens viennent au Wake Up pour prendre refuge dans un groupe qui peut les soutenir. Nous nourrissons vraiment le souhait de transformer notre souffrance en compassion, et d’aider le monde à être plus aimant. En tant que facilitateurs ou membres solides du Wake Up, il est utile de nous remémorer fréquemment pourquoi les participants viennent pratiquer avec nous et comment notre présence peut les aider à soutenir leurs aspirations profondes. Si nous nous laissons emporter par un désir romantique, nous pourrions mettre leur sécurité en danger et trahir leur confiance.

Je vous raconte une petite histoire d’une amie proche. Elle avait tenté de rejoindre un groupe Wake Up, parce qu’elle souffrait et cherchait un soutien dans la pratique.

Mais un jeune homme a commencé à la draguer dès sa première visite, ce qui l’a mise mal à l’aise et a généré beaucoup de frustration chez elle. Elle avait besoin d’être reconnue dans sa souffrance et son aspiration, et pas juste en tant que jeune femme attirante. C’est très regrettable que quelqu’un doive partir parce qu’elle/il a été mis mal à l’aise par l’attitude d’autres pratiquants.

En tant que facilitateur, j’ai vu beaucoup de situations où les relations romantiques captent toute l’énergie et les besoins de chacun à pratiquer profondément se retrouvent laissés de côté.

Cela peut être très douloureux de voir des romances dégénérer et que les gens ne se sentent plus en sécurité dans le groupe de pratique. En tant que facilitateurs, nous devons veiller à éviter ce genre de situations pour le bien du groupe.

Pour faire ça, il est par exemple possible de faire des rappels de façon positive: « Nous sommes des jeunes adultes, avec beaucoup de désirs et de besoins, mais rappelons nous que nous sommes là d’abord pour pratiquer en tant qu’amis spirituels, pas pour faire des rencontres ! » Lorsque nous avons partagé ça dans notre Sangha à San Diego, tout le monde s’est senti rafraîchi d’entendre ça et notre pratique a été renforcée. Cela a vraiment aidé à construire une atmosphère de sécurité et de confiance.

D’ailleurs, comme il y a eu – et il y a encore – de nombreux exemples de comportements non-éthique d’hommes en situation de pouvoir dans une communauté spirituelle, il est important d’avoir conscience du danger d’abus de pouvoir, et d’affirmer avec beaucoup de force le besoin d’assurer avant tout la sécurité au sein du groupe.

Il nous arrive à tous de temps en temps d’être pris dans une histoire romantique. Il est important de bien nous connaître, particulièrement dans un contexte où ceux qui participent au Wake Up sont plein de compassion, le coeur ouvert, plaisant, attirants ! Une chose très importante est de réaliser l’impermanence de ces sentiments. Ce sentiment a-t-il une valeur dans la durée, ou est-ce que j’aurais complètement oublié demain, voire j’aurai de nouveau de l’attirance, mais pour une personne complètement différente !

Voyant cela, nous pouvons prendre le temps de développer une amitié sincère, une compréhension mutuelle, et de là voir ce qui arrivera ensuite. Si une attirance profonde existe, c’est là qu’une vraie relation va pouvoir naître.

A plusieurs occasions, j’ai été dans le jeu de la séduction et du flirt avec d’autres membres du groupe Wake Up en oubliant mon rôle de facilitateur, par exemple en délaissant des nouveaux arrivants. Heureusement, en reconnaissant ce qui est là, à travers les entraînements à la pleine conscience, et avec l’aide d’amis et de mentors bienveillants, j’ai trouvé le soutien pour agir avec plus de discernement.

Voilà encore une histoire personnelle: j’avais lancé un groupe Wake Up et parlé avec un frère plus âgé de mon souhait de ne pas flirter avec des membres du groupe, et de ne rien faire sauf si une amitié durable se serait formée. Il m’a offert ses encouragements et son soutien avec beaucoup de chaleur.

Peu après justement, un nouveau membre est arrivé, qui avait l’allure d’un modèle exotique tirée droit d’un magasine de spiritualité ! Elle était très attirante, gentille, intelligente, tellement que j’avais du mal à rester concentrer pendant la méditation. Elle a même exprimé de la gratitude pour mon rôle de facilitateur et cela m’avait beaucoup touché. Après coup, c’est devenu plus clair pour moi qu’elle projetait sa reconnaissance sur moi, alors qu’en réalité c’était l’expérience du groupe et de la pratique qui lui plaisait, et je n’étais que celui qui le facilitait. Mais à ce moment là, j’ai vraiment cru que c’était moi qu’elle appréciait ! Ce qui a bien aidé dans nos pratiques, c’est la méditation sur la compassion. Cela m’a permis de traverser la surface de l’attirance pour elle et de toucher la souffrance plus profondément. Peu à peu nos projections mutuelles se sont calmées. Elle a finalement eu une relation amoureuse avec un autre membre de la Sangha, qui s’est finie très rapidement, et elle a dû quitter le groupe où elle ne se sentait plus à l’aise tant que l’autre y était. Même si j’étais triste que cela se finisse comme ça, j’ai vraiment apprécié d’avoir su éviter le drame romantique pour moi-même, et j’ai vu clairement combien ça aurait pu être pire si je m’étais engagé dans cette relation, en tant que facilitateur.

Quand nous sentons de l’attirance ou un désir pour un autre membre de la communauté, on peut simplement être conscient de ces sentiments tout en respirant pour maintenir un certain niveau d’équanimité. C’est aussi un grand soulagement de partager ses sentiments avec un ami de confiance. Cela nous aidera à décider avec beaucoup plus de clarté de ce qu’il faut faire.

Nous aurons une vision claire de la situation quand nous pouvons comprendre à la fois notre besoin et nos émotions, mais aussi avoir conscience des besoins de l’autre personne, et de la communauté.
Quand nous pouvons embrasser le besoin de confiance et de sécurité chez l’autre, nous nous sentirons aussi plus en sécurité nous-même. Nous serons mieux capable de maintenir l’harmonie et la stabilité dans notre communauté.

De cette stabilité, les relations entre membres, à la fois amicales et romantiques, pourront se dérouler naturellement et dans le bonheur véritable.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *